Cent vues avec Geishas

Cent vues avec Geishas

Par Myriam El Kenz

« Cent vues avec Geishas » est une série de 100 images inspirées des estampes japonaises. A la fois hommage aux maîtres de l’estampe japonaise tels que Hokusai, Hiroshige et Utamaro et création inédite, « Cent vues avec Geishas » explore un monde onirique et graphique autour du thème de la Geisha et de son univers.

L’artiste enracine son œuvre dans un thème traditionnel mais  la facture, elle, est totalement originale. En effet, le graphisme revisite un univers désuet en le projetant dans un espace-temps nouveau et créé de toute pièce. Ici, le travail du trait, clair et  léger, illustre des Geishas sensuelles et voluptueuses. Il accentue volontairement les courbes ainsi que les lignes et porte un regard généreux et enveloppant sur des Geishas d’un nouveau genre, des Geishas réinventées.  La poésie qui se dégage de cette œuvre trouve également sa source dans le travail de la couleur qui est, à elle seule,  une invitation au voyage et à la rêverie.
« Cent vues avec Geishas » représente un univers clos et féminin. On ne peut guère y pénétrer. On ne peut que l’effleurer de nos pensées. Il prend des visages quelques fois familiers, quelques fois cruels aussi…
Les Geishas évoluent dans des situations de la vie quotidienne, souvent décalées, souvent teintées de drôlerie.
« Cent vues avec Geishas » est aussi une variation sur la féminité. Une féminité qui ne se prend pas au sérieux, une féminité ludique et facétieuse. Le rapport à la nudité reste simple. Le discours se veut détaché pour mieux permettre aux Geishas de s’amuser, de contempler le temps qui passe, de se coiffer et se prélasser dans un monde sans  contraintes, un monde doux et rassurant ou alors fou et déstabilisant. Les paysages eux, sont aériens, terriens ou marins. Ils se développent autour et pour les Geishas. Ils semblent avoir été créés spécialement pour elles, pour leur permettre de s’épanouir et de se mouvoir en leur sein.
 
L’artiste dessine des Geishas comme on se remémore un rêve, par bribes, par des réminiscences, comme un parfum de l’enfance qui laisserait  une empreinte persistante, entêtante et délicieuse pour toujours.

Séléction d’oeuvres

Plus de visuel dans la page consacrée aux peintures numériques ici : peintures numériques

6 Comments

  1. Pingback: Danseuses – Frédéric Rekaï

  2. Pingback: L’ entraînement des danseuses – Frédéric Rekaï

  3. Pingback: Petits papiers (16) | Frédéric Rekaï

  4. Pingback: Frédéric Rekaï

  5. Pingback: Vida Voices, les Geishas et moi | Frédéric Rekaï

  6. Pingback: Carnet de dessins #3 ou pourquoi dessiner ? | Frédéric Rekaï

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.