Projets

« Vue avec Geisha #100 »

Cent vues avec Geishas

Par Myriam El Kenz

« Cent vues avec Geishas » est une série de 100 images inspirées des estampes japonaises. A la fois hommage aux maîtres de l’estampe japonaise tels que Hokusai, Hiroshige et Utamaro et création inédite, « Cent vues avec Geishas » explore un monde onirique et graphique autour du thème de la Geisha et de son univers.

L’artiste enracine son œuvre dans un thème traditionnel mais  la facture, elle, est totalement originale. En effet, le graphisme revisite un univers désuet en le projetant dans un espace-temps nouveau et créé de toute pièce. Ici, le travail du trait, clair et  léger, illustre des Geishas sensuelles et voluptueuses. Il accentue volontairement les courbes ainsi que les lignes et porte un regard généreux et enveloppant sur des Geishas d’un nouveau genre, des Geishas réinventées.  La poésie qui se dégage de cette œuvre trouve également sa source dans le travail de la couleur qui est, à elle seule,  une invitation au voyage et à la rêverie.
« Cent vues avec Geishas » représente un univers clos et féminin. On ne peut guère y pénétrer. On ne peut que l’effleurer de nos pensées. Il prend des visages quelques fois familiers, quelques fois cruels aussi…
Les Geishas évoluent dans des situations de la vie quotidienne, souvent décalées, souvent teintées de drôlerie.
« Cent vues avec Geishas » est aussi une variation sur la féminité. Une féminité qui ne se prend pas au sérieux, une féminité ludique et facétieuse. Le rapport à la nudité reste simple. Le discours se veut détaché pour mieux permettre aux Geishas de s’amuser, de contempler le temps qui passe, de se coiffer et se prélasser dans un monde sans  contraintes, un monde doux et rassurant ou alors fou et déstabilisant. Les paysages eux, sont aériens, terriens ou marins. Ils se développent autour et pour les Geishas. Ils semblent avoir été créés spécialement pour elles, pour leur permettre de s’épanouir et de se mouvoir en leur sein.
L’artiste dessine des Geishas comme on se remémore un rêve, par bribes, par des réminiscences, comme un parfum de l’enfance qui laisserait  une empreinte persistante, entêtante et délicieuse pour toujours.

 Algérie 51

Frédéric REKAÏ «Algérie 51» – du 2 au 25 mai 2013 au Centre Culturel Algérien de Paris
Algerie 51 couvPar Myriam El Kenz

L’année 2012 était l’année du cinquantenaire de l’indépendance de L’Algérie. A cette occasion, nous avons vu beaucoup d’images et entendu beaucoup de témoignages sur l’histoire de l’Algérie contemporaine.

Ce fut le point de départ d’une réflexion sur la représentation de l’Algérie dans l’histoire. Un an après, l’exposition « Algérie 51 » se propose de réinventer de s icônes de la mythologie algérienne comme une généalogie ou une mémoire intime de l’artiste. Ce fut l’occasion pour Frédéric Rekaï de revisiter sa technique et ses expérimentations picturales sous l’angle nouveau de la mémoire et de l’histoire.

Ainsi, le fauvisme sert le paysage comme l’expressionnisme se nourrit des âmes et des figures de cette terre originelle. Frédéric Rekaï peint l’Algérie comme on peindrait un rêve, une réminiscence, une intuition de la mémoire. Une mémoire libre et vagabonde qui abrite en son sein des visages et des images comme autant de cultures qui constituent cette terre ancestrale. Les hommes, les femmes, les enfants et les paysages sont les personnages d’une histoire cent fois racontée mais jamais vraiment connue. La guerre, la paix, la tranquillité d’un ciel dans les Aurès, l’ombrage d’un arbre dans un jardin en Kabylie, la blanche plénitude d’un  pur peint à la chaux, le détail d’un bijou qui orne le front fier d’une jeune Algéroise, la puissance de l’homme qui porte son burnous comme seule armure.

Emir webIl peint des hommes symbole d’une guerre dont la braise n’est pas encore tout à fait étouffée.

Il peint la sensualité des éléments, il peint LA LUMIERE recherchée par tant d’artistes, il peint le bleu entier.
Il peint des hommes et des femmes qui dans un détail révèlent les racines, la palette des cultures.
Il peint des figures de l’histoire.
Il peint des mythologies.
Il peint des enfants.
Il peint des regards.
Il peint son regard sur ces Algéries.

Source : Centre Culturel Algérien de Paris : http://www.cca-paris.com

Sélection d’œuvres

Algeroise web detailEmir web   Etude pour la kahena web Moudjahidinweb

Tamrart webTaxdibt web

4 réflexions au sujet de “Projets”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s