Composition rouge et jaune

Composition rouge et jaune (2015)

2015 frederic Rekai
Composition rouge et jaune (2015 – acrylique sur papier)

Cette peinture est représentative du cheminement de certains de mes travaux. A la fois terme de nombreuses études liées aux geishas (voir le projet des cent vues ici : https://fredericrekai.com/about/) et qui m’ont permis de libérer plus facilement le geste que dans les estampes numériques de ce même projet.

En multipliant les figures des geishas mais aussi les études de danseuses voir plus bas), j’ai crée en quelque sortes des « motifs » que l’on pourrait qualifier de minimaux ou d’essentiels  et qui ne conservent que l’esprit.

Pour ce nouvel opus, la technique utilisée est basée sur le geste (au pinceau comme pour le dessin) qui amplifie le mouvement tout en préservant et en accentuant le caractère graphique, la couleur étant réduite ou simplifiée à des lignes et contrastes colorés.

J’ai essayé ici de réunir ce qui définit mes orientations artistiques : à la fois liberté du dessin (rapide et efficace), simplicité de la peinture (mais pas minimaliste) et esthétique. Il n’en reste pas moins que le sujet garde son importance (danseuses, geishas ou figures profanes ? ) qui donne sens à la peinture et qui ouvre sur des interprétations  et des possibilités multiples. Bref, encore de nombreuses œuvres en perspective… (et avec le sourire)

 

Exemples d’études de geishas et de danseuses :

Copyrignt 2015 frédéric Rekaï
Geisha (2015 – encre de chine sur papier)
Danseuse (2015 – encre de chine sur papier)
Copyright 2015 Frédéric Rekaï
Trois danseuses (2015 – encre de chine sur papier)

Etude pour « Inanna »

Copyright 2013 Frédéric Rekaï
Etude pour Inanna (acrylique sur toile – 2013)
Copyright 2013 Frédéric Rekaï
Etude pour Inanna (acrylique sur toile- 2013)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ishtar est le nom d’une déesse chez les Assyriens et les Babyloniens. Les Sumériens l’appelaient Inanna. Elle doit sa renommée à son activité culturelle et mythologique jamais égalée par une autre déesse du Moyen-Orient. À son apogée, elle était déesse de l’amour physique et de la guerre, régissait la vie et la mort. Elle semble avoir comme descendance Aphrodite en Grèce, Turan en Etrurie et Vénus Victrix à Rome. Elle a un aspect hermaphrodite (Ishtar barbata), comme beaucoup de déesses de ce type. (Source : Wikipedia)

« Produit vraisemblable d’une archaïque fusion de plusieurs divinités différentes, dont une belliqueuse et quasi virile, d’origine sémitique ; une autre, sumérienne, ultra-féminine et patronne de l’amour libre ; une troisième, plus ou moins rattachée à la planète que nous appelons toujours Vénus, la déesse Inanna (en sumérien)/Istar (en akkadien) offrait généreusement à l’imagination mythopoïétique une personnalité débordante. »
Source : J. Bottéro et S.N. Kramer, « Lorsque les dieux faisaient l’homme » (Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 1989, P.203)